La frontera. L’odysée d’une famille mexicaine

Rubén Martinez, La frontera. L’odysée d’une famille mexicaine, Paris, Albin Michel, 2004.

Nuit blanche, numéro 95, juin 2004

Les connaisseurs de l’actualité américaine entendent régulièrement parler de la rage de nombreux Mexicains décidés à passer, à tout prix, la frontière séparant le Mexique des États-Unis, question de fuir une pauvreté endémique qui leur apparaît implacable dans leur pays.

Bien moins connus sont les détails entourant cette aventure humaine que constitue pour chaque immigrant le saut vers le rêve américain. Prenant prétexte d’un accident de la route ayant coûté la vie à trois membres d’une même famille après qu’ils eurent franchi la frontière, l’auteur dévoile, dans une fresque riche en détails, les motivations qui poussent des milliers de Mexicains, et autres Latino-Américains, à tenter leur chance chez le voisin du nord.

Le récit est d’autant plus captivant que l’auteur suit, sur une longue période, la trajectoire d’une famille et de son voisinage, pour qui le grand projet de vie est de traverser cette fameuse frontière, qui est, pour eux, plus qu’une simple démarcation physique : c’est un tremplin vers un monde imaginé salvateur, même si celui-ci signifie des emplois mal rémunérés au service d’Américains bien nantis et des conditions de travail peu enviables.

Le propos insiste beaucoup sur les trésors d’imagination déployés par les migrants pour franchir la frontera, à l’insu de la redoutable Border Patrol.

« […] la bataille qui se livre ici a toutes les composantes d’une guerre larvée entre deux belligérants, l’un muni d’un matériel de surveillance hyper-sophistiqué, l’autre ne possédant que l’ingéniosité qu’inspirent la misère et le désir. »

Étude de terrain d’un mouvement migratoire de grande envergure, ce livre est aussi un témoignage permettant de comprendre, de l’intérieur, les motifs de déplacements similaires, par exemple entre l’Afrique du Nord et l’Europe. À ce titre, il apporte une contribution majeure à un des phénomènes les plus marquants de notre temps.

Les commentaires sont clôturés.