Bernard Cyr, un passionné d’énergie renouvelable

Journal Action, décembre 2020

Bernard Cyr n’est pas un personnage qu’on oublie. D’une énergie débordante, cet extraverti fier de ses origines gaspésiennes passe d’un projet à un autre, et s’y investit à fond.

Ingénieur électrique de formation, Bernard a fait une longue carrière de quelque 33 ans dans le domaine de la distribution à Hydro-Québec. Son parcours l’a mené dans plusieurs mandats internationaux, particulièrement en Haïti, où il s’est rendu en mission plus d’une trentaine de fois, et en Afrique plus de vingt-cinq fois.

Son dernier projet pour l’entreprise a été l’implantation d’un projet de mini réseau électrique hybride en Haïti, à Labrousse (2016), et une coopérative d’énergie, au sein d’une petite communauté isolée de quelques centaines d’habitants, située au sud-est du pays. Le projet a été réalisé sous le parrainage de la Fondation Paul-Gérin Lajoie, grâce à un financement du Gouvernement du Québec,
d’Hydro-Québec et du CFER de Victoriaville (Centre de formation en entreprise et récupération).

En réalisant ce projet, Bernard entretient celui d’y bâtir en parallèle une maison des énergies renouvelables, soit un centre de formation pouvant enseigner à d’autres communautés l’approche à privilégier pour implanter des projets de production décentralisée, dans les communautés isolées, dans des villages.

Ces projets permettent en même temps la mise en place d’activités génératrices de revenus, explique Bernard, rappelant le lien entre l’accès à l’énergie et le développement économique et social.

Le projet de centre de formation à Labrousse ne peut se réaliser, mais qu’à cela ne tienne, Bernard entend le compléter… chez lui, dans le grand terrain adjacent à sa maison de St-Roch-de-Richelieu, où il habite avec Hélène, sa partenaire depuis plus de 30 ans, et avec qui il a élevé deux enfants.

Place au projet Tournesol
Laissons-le expliquer le projet, qu’il nomme la Serre écoénergétique (projet Tournesol).
« Ce projet vise à créer une serre écoénergétique fonctionnant entièrement aux énergies renouvelables, dit-il. L’énergie électrique et thermique seront fournies pour alimenter les équipements horticoles
servant à la production de légumes, de fines herbes, de plantes d’ornementation et de plantes médicinales. On entend combiner autonomie énergétique et autonomie alimentaire à petite échelle.

Il s’agit donc, précise Bernard, de mettre en application, pour une serre, les diverses technologies liées aux énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse, hydraulique, géothermie) dans le but de trouver des solutions optimales pour réduire la consommation énergétique des serres. Cette démonstration pourra ensuite être répliquée pour alimenter des chalets, mais aussi pour les communautés isolées des réseaux énergétiques, notamment dans les pays en développement. »

Bernard réalise le projet essentiellement seul, s’approvisionnant en matériaux à même ses impressionnantes réserves collectées depuis de longues années, recyclées à cette fin. Mais il a aussi reçu des appuis occasionnels, dont des retraités d’Hydro venant mettre la main à la pâte et d’un passionné habitant dans sa communauté.

Il espère bien sûr que son projet Tournesol servira à former de jeunes techniciens et ingénieurs, qui tireront profit de l’expertise acquise pour entreprendre des projets
d’électrification de sites isolés, ici et ailleurs.

Le système solaire du projet est de 20 kW, avec 62 panneaux photovoltaïques, dont l’installation a demandé beaucoup de doigté.

Le projet devrait nécessiter 22 000 kWh/an. Bernard s’est inscrit au programme de mesurage net d’Hydro-Québec et compte réduire ainsi la facture d’électricité du projet de 60 %.

La serre écoénergétique devrait être mise en exploitation en 2021.

Les commentaires sont clôturés.