Tag Archives: Ainsi parla l’oncle; Jean Price-Mars

Ainsi parla l’oncle

Jean Price-Mars, Ainsi parle l’oncle, Mémoire d’encrier, Montréal, 2020, 287 pages.

Nuit blanche, site web, 17 décembre 2020

C’est un livre dense, fouillé que nous a servi Jean Price-Mars (1876-1969). On parle au passé, car ce livre majeur a été publié en 1928, et salué au fil du temps autant par Léopold Sédar Senghor, écrivain et homme d’État du Sénégal, que par l’écrivain Dany Laferrière, qui présente cet ouvrage comme « le plus célèbre essai de la littérature haïtienne ».

Le savant penseur Price-Mars y explore la condition noire en Haïti, notamment en plongeant, de manière scrupuleuse et détaillée, dans ses origines africaines. Cela, écrit-il, pour « sauver de la destruction du temps ces manifestations de la conscience populaire » propres à son pays.

L’ouvrage se penche sur le folklore, la religion, la danse, le chant, l’oraison, la musique, la langue (le créole) et les cicatrices laissées par l’esclavage dans ce pays unique.

Le chapitre trois porte justement sur « l’Afrique, ses races et sa civilisation », et l’intellectuel, à la manière d’un enquêteur, tente d’y retrouver, comme il le signale, les origines des mœurs et croyances haïtiennes qui ont survécu à la « transplantation ».

Il s’attarde sur l’animisme de l’Afrique et décèle dans son pays des croyances clairement liées à cette mystique africaine. Croyances qui furent aussi le « levain de la révolte contre l’odieuse oppression » qui amènera une révolution à la fin du XVIIIe siècle et ensuite l’indépendance du pays (1804).

Alors qu’est-ce que le peuple haïtien ? « Un peuple qui chante et qui souffre, qui peine et qui rit, un peuple qui danse et se résigne », qui sait que « ni l’injustice, ni la souffrance ne sont éternelles ».