Encadrement dynamique. Programme pour les petites et moyennes organisations publiques

Magazine Courants, juin-juillet-août 1988

Robert Sabino, Encadrement dynamique, Programme pour les petites et moyennes organisations publiques, Montréal, Éditions Agence d’Arc, 1988.

Un des faits marquants de la décennie qui s’achève aura certes été la réduction du rôle de l’État, sur le plan social et économique. Après avoir assisté à la forte croissance des services publics, le Québec, comme nombre de pays occidentaux sensibles au discours néolibéral, privatise, réduit les budgets, coupe certains services autrefois considérés comme essentiels.

Pour maintenir le niveau actuel des services, les cadres de l’État devront accroître leur productivité et devenir plus performants.

Comment faire ? Par où commencer ?

Voilà des questions auxquelles répond Richard Sabino dans son livre Encadrement dynamique, Programme pour les petites et moyennes organisations publiques. L’auteur propose un programme simple mais vigoureux, afin d’améliorer l’efficacité des services publics. Lui-même y travaille : il est directeur général d’un centre d’accueil.

Il ne s’agit pas, insiste-t-il, de « faire plus, mais de travailler mieux grâce à un encadrement plus dynamique ». Son programme s’appuie sur cinq idées qui s’adressent aux principaux acteurs de la fonction publique, soit les cadres. Après avoir identifié les principaux fléaux qui minent la rentabilité des services publics, il en vient aux cinq éléments de sa réforme : choix du bon candidat pour combler un poste précis au bon moment; détermination d’un plan de travail et identification des priorités ; auto-évaluation périodique et bilan des réalisations ; recherche d’un perfectionnement continu et préparation de la relève ; et, enfin, mise au point d’un plan de carrière collectif et mobile.

Comme l’auteur le mentionne, entre une fonction publique lourde, anémique et une fonction publique dégarnie, il existe une troisième voie, celle d’une fonction publique réformée par un meilleur encadrement de ses cadres, poussés à devenir plus performants et productifs.

Robert Sabino peut paraître simple à quelques-uns, il n’en ouvre pas moins de nouvelles perspectives sur le travail et le rôle qu’auront à assumer les fonctionnaires durant les prochaines années.

Les commentaires sont clôturés.