Le 40e anniversaire du 735 kV

Revue CHOC, février 2006

La mise en service de lignes à 735 kV en 1965 constituait une première mondiale. Retour sur cet événement historique avec Yves Filion, président d’Hydro-Québec TransÉnergie.

-Dans quel contexte les lignes à 735 kV ont-elles été conçues ?
Cette grande réalisation a vu le jour à peu près au moment de la nationalisation de l’électricité, au tournant des années 1960. À l’époque, Hydro-Québec devait acheminer l’électricité sur de longues distances, notamment à partir du complexe Manic-Outardes. Or, la tension la plus élevée sur notre réseau était le 315 kV. À ce niveau de tension, il aurait fallu quelque 20 circuits pour transporter toute l’électricité vers les principaux centres de consommation. Hydro-Québec avait le choix entre utiliser le 500 kV ou aller à un échelon supérieur, soit le 735 kV. Le champion de ce très haut niveau de tension était l’ingénieur Jean-Jacques Archambault.

Si on se situe dans le contexte de cette époque, la décision de se tourner vers une tension supérieure nécessitait beaucoup de courage, de confiance et, surtout, d’audace. Les ingénieurs qui ont travaillé à ce projet ont réussi à convaincre la direction que c’était la meilleure solution, sur les plans technique et économique. Une des principales raisons avancées est qu’on savait très bien que de nouveaux complexes hydroélectriques viendraient s’ajouter au réseau pour répondre à la demande croissante d’électricité. Il fallait planifier non seulement pour le proche avenir mais pour le long terme.

-Quels étalent plus précisément les défis techniques ?
Je résumerais en précisant trois types de défis : le premier relié aux lignes de transport, soit la conception d’un nouveau type de structures et des accessoires correspondants ; le deuxième touchant les équipements dans les postes, soit les transformateurs, disjoncteurs et sectionneurs, qui n’avaient jamais été fabriqués auparavant à ce niveau de tension ; et le troisième, relatif à la stabilité de l’ensemble, consistant à déterminer la commande et la protection appropriées.

Le processus de conception du 735 kV suscite alors une mobilisation générale des ingénieurs, des techniciens et des fournisseurs. Il faut effectuer les analyses techniques, rédiger les cahiers des charges, réaliser les études de conception. On embauche, on travaille fort, l’atmosphère  est fébrile. Il y a beaucoup de réunions, y compris avec des manufacturiers, pour analyser tous les rapports d’études et faire le point sur les essais. De 1962 à 1965, la construction du premier tronçon de la première ligne à 735 kV, entre Manic et Lévis, bat son plein. La mise en service a lieu en septembre 1965. Le tronçon Lévis-Boucherville entre en fonction un peu plus tard, soit le 29 novembre 1965. Ce sont des moments d’euphorie et de grande fierté pour Hydro-Québec.

On intègre ensuite le complexe ManieOutardes au réseau, puis celui des Churchill Falls. Le projet de la Baie-James, lancé au début des années 1970, donne une nouvelle impulsion technologique au 735 kV. Nos équipes n’ont de cesse d’améliorer le réseau à 735 kV depuis son origine et sont les instigateurs de nombreuses premières mondiales. Notre réseau à 735 kV constitue aujourd’hui le plus grand du monde de sa catégorie et l’un des plus automatisés. De ce fait, le transport d’électricité à haute tension est devenu rapidement un symbole du savoir-faire hydro-québécois et la marque de son caractère unique et novateur.

Les commentaires sont clôturés.