Centrafrique: un homme tenace nommé premier ministre

Huffington Post, 30 janvier 2014

Samedi 25 janvier, André Nzapayeke, 62 ans, est devenu premier ministre de la République centrafricaine (RCA), nommé par la nouvelle présidente, Catherine Samba-Panza.

Économiste à la Banque africaine de développement (BAD), il a été élu, suite à une élection en 2009, président du Conseil du personnel de l’institution, représentant les employés auprès du bureau de la présidence.

La fonction en est une à temps plein. M. Nzapayeke s’est distingué par sa fougue, son énergie, sa détermination.

J’ai bien connu l’homme, étant dans son équipe, comme secrétaire général bénévole de ce Conseil du personnel. Pendant l’année qui a suivi son élection, nous échangions sur une base quotidienne, sur différents enjeux lies à la gestion de l’institution.

Ce que j’ai apprécié d’André Nzapayeke, c’est son dévouement, son attitude axée sur l’action et les résultats. Contrairement à une certaine image de l’Africain francophone porté sur les palabres et les formules grandiloquentes, André est entièrement dédié à l’atteinte de résultats concrets, et y met toute son énergie.

Ses habiletés de négociation et de persuasion ont permis de faire avancer des dossiers difficiles et sensibles auprès du département des ressources humaines de la BAD, qui le trouvait particulièrement tenace. Personne ne l’intimide, car il croit fermement dans les causes qu’il défend, notamment la bonne gouvernance.

L’homme, travailleur infatigable, m’a un jour confié entretenir des rêves de gentleman-farmer dans son pays, à sa retraite. Projet surprenant pour un hyperactif comme lui, lui ai-je répondu. Il n’entrevoyait certes pas le destin funeste de la RCA, devenu un État failli aux prises avec le démon des haines religieuses.

Il aura besoin de tous ses talents de négociateur pour calmer le jeu, et ensuite tenter de faire redécoller son pays, pour l’heure complètement démembré. Tâche immense, mais l’homme, tel que je l’ai connu, s’y consacrera corps et âme, jour et nuit.

Les commentaires sont clôturés.