La laïcité à l’épreuve du communautarisme ?

Conférence, Librairie Olivieri, Montréal, 15 mars 2004

Mesdames et messieurs,

Bonsoir et bienvenue à cette conférence sur le thème de la laïcité à l’épreuve du communautarisme.

Je m’appelle Yvan Cliche, délégué aux affaires internationales au sein d’une entreprise et commentateur occasionnel sur les questions arabes et musulmanes pour des médias québécois. Je remercie mon ami Elias Lévy, journaliste et collaborateur à La Presse de m’avoir offert cette occasion d’agir comme modérateur pour cette conférence.

Je voudrais surtout saluer son initiative et celle de la Librairie Olivieri d’avoir organiser cette conférence sur un thème d’une actualité brûlante, notamment en Europe. Une Europe où l’analyse et la réaction à cette thématique de la laïcité apparaissent des plus extrêmes. Sursaut d’obscurantisme pour les uns, manifestation normale de saine religiosité pour les autres, encadrement étatique pour l’un, laisser faire pour les autres.

J’évoque la pertinence de traiter de ce sujet, car si, comme on le sait, ce thème est d’actualité en France, notamment mais aussi en Allemagne et en Grande-Bretagne, ici au Québec, ce débat ne semble pas encore vraiment ouvert.

On a certes évoqué dans les médias le cas français, le rapport Stasi sur l’application du principe de la laïcité et l’adoption par l’Assemblée nationale d’une loi découlant de ses recommandations, il y a bien eu quelques lettres aux lecteurs publiées dans nos quotidiens, mais on ne peut certes pas parler d’un débat public large et organisé, encore moins d’une position des autorités publiques. Les situations sont encore gérées au cas le cas : certains même suggèrent qu’il en reste ainsi.

Or, ce débat, qu’on le veuille ou pas, on devra le faire, chez nous, ne serait-ce que parce que la population musulmane en notre sein est en forte croissance, notamment celle provenant du Maghreb. Déjà, des cas de port de voile se posent, ici et là, à l’école, en milieu de travail, dans nos milieux de vie, voire entre amis.

Le cas québécois est particulièrement intéressant à suivre, car nous sommes, de par notre histoire et notre géographie, aux confluences des valeurs française et britannique.

Nous apparaissons tiraillés par une volonté, à la française, de maintenir une laïcité vive et active, réaffirmant clairement la séparation du civil et du religieux, et une attitude américano-britannique de respect absolu des différences, sans interférence aucune de l’État, perçu en ces matières comme une hydre nécessairement malfaisant et à tenir à distance.

Bref, pour discuter de ce beau sujet mais sensible, et qui est aussi un débat sur la modernité, sur nos sociétés de demain, nous avons trois invités aux horizons fort variés, dont il sera passionnant d’écouter la vision, la réflexion.

Avant de présenter et de passer aux conférenciers, un mot sur le déroulement de la soirée : nos conférenciers, dans l’ordre M. Trigano, M. Weinstock et M. Dades, parleront environ 15 mn chacun, suivi d’un débat entre eux d’environ 10 mn. Nous passerons ensuite à la période de questions. Nous vous demandons de vous identifier, et de poser des questions courtes et claires, deux au maximum par participant. (J’avertis tout de suite la personne qui est venue s’écouter, comme c’est toujours le cas dans ce type de débats, souvent au demeurant la première personne qui prend le micro, que je ne lui donnerai pas l’occasion de le faire, par respect pour les autres participants.)

Shmuel Trigano est professeur de sociologie de la politique et de la religion à l’Université de Paris X-Nanterre. II est directeur-fondateur du Collège des études juives de l’Alliance Israélite Universelle, directeur de la revue européenne d’étude et de culture juives Pardès, et auteur de nombreux ouvrages, notamment dans les domaines de la philosophie et de la pensée politique, de l’histoire et du judaïsme. Il est aussi membre du Jerusalem Center for Public Affairs. Parmi ses récents ouvrages sur le phénomène antisémite, il faut citer L’ébranlement d’Israël, philosophie de l’histoire juive (Paris, 2002), L’e(xc)lu, entre Juifs et chrétiens (Paris, 2003) et La démission de la République, Juifs et Musulmans en France (Paris, 2003). Il a fondé en 2001 L’Observatoire du monde juif, un centre de recherche (http://obs.monde.juif.free.fr/) dont l’objectif est d’analyser à travers des publications l’antisémitisme contemporain.

Shmuel Trigano prononcera demain, mardi 16 mars, à 20h, une conférence publique ayant pour thème : « L’ébranlement d’Israël: fin d’un temps, début d’une ère nouvelle ? ».

Daniel Weinstock détient un Ph.D. en Philosophie de l’Université Oxford, 1991. Il est maintenant professeur titulaire, au département de philosophie de l’Université de Montréal. Il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éthique et philosophie politique de l’Université de Montréal.

Ses domaines d’expertise sont la politique des langues et de l’identité, les État-Nations, le nationalisme, la démocratie, la citoyenneté et le pluralisme. Parmi quelques recherches et publications récentes, citons les chapitres « Citizenship and Pluralism », dans R. L. Simon (dir.), Blackwell Guide to Social and Political Philosophy et « Le pluralisme axiologique en philosophie politique contemporaine », dans Lukas K. Sosoe. (dir.) Diversité humaine : démocratie, multiculturalisme et citoyenneté, Québec, Presses de l’Université Laval.

Abdelghani Dades a entamé sa carrière journalistique en 1971. Depuis lors, il occupé les fonctions les plus diverses (de pigiste à rédacteur en chef, en passant par le secrétariat et le secrétariat général de rédaction) et pratiqué les genres les plus divers (reporter, interviewer, chroniqueur, éditorialiste). Cette carrière s’est déroulé essentiellement dans son pays d’origine, le Maroc, et lui a valu une notoriété qui ne se dément toujours pas, cinq année après son départ pour le Québec où il vit depuis 1999.

Depuis son installation à Montréal en mai 1999, Abdelghani Dades a participé à la création du Groupe Atlasmedias, a été producteur de l’émission radio La Voix des Marocains à Montréal (sur CFMB 1280 am), « master » du site Web atlasmedias.com et éditeur du mensuel Atlas. Mtl. Il est également conseiller de la direction de l’hebdomadaire L’Avenir, où il signe régulièrement des chroniques traitant de faits socioculturels liés à l’immigration et à la situation des nouveaux arrivants. Il est également membre du groupe d’action multiculturelle du réseau TVA et a été délégué de Montréal au États généraux sur la réforme des institutions démocratiques du Québec.

Les commentaires sont clôturés.