Une société qui poursuit sur sa lancée

Journal MBA, août-septembre 2003

L’auteur a effectué un juillet 2033 un séjour d’études aux États-Unis, à l’invitation du consulat américain à Montréal, et portant sur la société américaine après le 11 septembre 2001.

La société américaine continue sur sa lancée, mais regarde maintenant davantage son rétroviseur pour voir si un quelconque malfaisant ne va pas l’attaquer dans le dos. C’est une des principales constatations que j’ai pu faire après avoir rencontré une trentaine de dirigeants d’horizons divers au cours d’un voyage d’études de 3 semaines.

Le sentiment de vulnérabilité reste présent, plusieurs Américains étant fort conscients de la difficulté de se protéger contre ce type d’attaques, vicieuses et sournoises.

Sur le plan des impacts les plus sensibles, l’implantation du Homeland Security Department, méga-ministère qui veille à intégrer plusieurs agences travaillant auparavant en vase clos, est parmi les plus visibles. Grosse bureaucratie, le Homeland Security vient d’attribuer aux villes dans tout le pays des budgets visant à leur permettre de se procurer des systèmes de sécurité antiterroristes.

Il y a aussi le domaine des droits civiques qui suscite l’inquiétude de nombre d’intervenants, notamment au sein de la communauté arabo-musulmane. Celle-ci vit des moments difficiles, se plaignant d’être considérée comme suspecte au lieu d’être associée à titre de collaboratrice dans la lutte antiterroriste. Les mesures adoptées dans le US Patriot Act, entériné en octobre 2001, ont changé bien des vies de membres de cette communauté, entraînant interrogatoires, déportations, arrestations, émigrations volontaires. Mais la majorité de ses membres demeure liée au pays, espérant que les pires moments sont derrière elle.

Sur le plan économique, outre l’aviation et les industries connexes, l’économie commence à vivre plus indépendamment des traces laissées par les attentats. L’économie américaine, comme la société dans son ensemble, reste forte dans sa complexité. Elle a donc absorbé le méga-choc du 11 septembre sans basculer, mais plusieurs leaders sont conscients qu’un autre attentat de cette envergure pourrait changer la donne. Espérons qu’on n’en arrive jamais là.

Les commentaires sont clôturés.