Koestler : un des grands

Polémique, 1982

Ce n’était pas un événement banal que la mort d’Arthur Koestler, décédé le 3 mars dernier à 77 ans. Écrivain prolifique, il a développé des idées qui marqueront longtemps la vie intellectuelle. Koestler, d’origine juive hongroise, sera toujours reconnu comme un écrivain sans attache. Refusant le dogmatisme, il se fera le démystificateur de nombreuses conceptions bien établies.

L’intérêt que l’on peut porter pour les écrits de cet intellectuel tient du fait qu’il a toujours été animé du désir de se questionner sur le sens profond de la vie.

Pour Koestler, l’être humain est « déchiré » entre deux conceptions complémentaires et/ou contradictoires : l’une se rattache plus à ce qui est « intérieur », elle fait appel au caractère plus
« mystique » de l’individu ; l’autre attitude est celle plus « rationaliste », tournée vers l’«extérieur ».

Personnage qu’on disait controversé, à l’écriture journalistique, Arthur Koestler aura été un des plus importants philosophes de notre temps et un des penseurs les plus lucides du XXe siècle.

Les commentaires sont clôturés.