Le Forum des Cent

Magazine Courants, juillet-août-septembre 1989

Au mois d’octobre 1988, le Forum des Cent invitait des jeunes professionnels du Québec à une rencontre informelle de discussion et d’échange. Organisme à caractère non politique, le Forum des Cent conviait aussi ces jeunes à une série de rencontres privées avec des personnalités québécoises.

L’objectif du Forum des Cent est de favoriser des contacts entre des jeunes professionnels, afin de permettre, entre autres, de susciter une réflexion socio-politique, explique Normand Lapointe, président de l’organisme, ancien membre du Comité exécutif du Sommet québécois de la jeunesse et également ancien directeur général de la Société investissement-jeunesse.

« Le Forum regroupe des gens de 25 à 34 ans de formations diverses et évoluant dans différents milieux professionnels. Nos membres se recrutent autant à la Jeune Chambre de commerce de Montréal que dans des partis politiques ou des associations professionnelles. Nous ne voulons pas faire du Forum un milieu partisan. Cependant, la Forum des Cent constitue un bassin d’où peuvent émerger des initiatives de tout ordre. »

Pour sa première année d’activité, le Forum des Cent a connu un succès appréciable, selon Normand Lapointe. Comment l’explique-t-il ? « II y a une problématique de génération, raconte-t-il. Je pense que notre génération est en bonne partie exclue des institutions en place, autant publiques que privées. Nous sommes devant un vide. Les fonctions publiques nous ont été fermées. Beaucoup de jeunes sont contractuels, pigistes, temporaires, alors même qu’ils sont plus scolarisés que les gens qui les emploient. ll se crée deux classes de travailleurs : ceux qui ont tous les avantages et les nouveaux venus, qui doivent se contenter de postes aléatoires. »

Normand Lapointe renchérit : « Nous sommes bloqués par ceux qu’on appelle les parvenus de la Révolution tranquille. Ils ont les postes de commande, mais sont encore relativement jeunes. Ils sont confortablement assis sur leurs privilèges. Le film de Denys Arcand, Le déclin de l’empire américain, a bien décrit leur état d’âme. Ils sont blasés et sclérosent les machines administratives. Cela est particulièrement évident dans certain milieux, comme l’enseignement. Le Forum des Cent exprime en partie une solidarité de génération entre les jeunes. »

Les commentaires sont clôturés.