Un bel avenir pour le gaz naturel

Mgazine Courants, mars-avril 1991

Nombreux sont les experts de la scène énergétique qui annoncent un avenir radieux pour le gaz naturel. Leur pronostic se fonde sur plusieurs facteurs, mais notamment sur l’importance et la répartition des réserves de gaz et ses qualités uniques.

Contrairement au pétrole, dont 65 % des réserves mondiales se trouvent au Moyen-Orient, les réserves de gaz sont plus équitablement réparties : URSS 38 %, Moyen-Orient 31 %, et le reste du monde dont l’Asie 4 %. Cette meilleure répartition favorise, bien sûr, la stabilité du marché. Mais, en plus, les réserves potentielles de gaz dépassent considérablement celles du pétrole. Les réserves de gaz se chiffrent entre 80 et 120 milliards de tonnes équivalent pétrole, contre 30 à 60 milliards de tonnes pour le pétrole.

Aujourd’hui, le gaz naturel est surtout utilisé dans le secteur industriel, mais on s’en servira de plus en plus pour la production d’électricité et pour des usages domestiques et commerciaux, ce qui devrait se traduire par le doublement de la demande mondiale de gaz d’ici à 10 ans.

Les commentaires sont clôturés.