Le lexique du décideur

Magazine Courants, août-septembre-octobre 1991

Le magazine économique français L’Expansion présente à ses lecteurs un « lexique basique du décideur ». Ce lexique, fort amusant, fait la liste des termes les plus en vogue chez les décideurs français. Voici quelques exemples.

Absolument : Remplace le oui. Marque l’adhésion totale de l’être : «Tu manges à la cantine ? Absolument ». Performant : Une des valeurs fondamentales de l’entreprise. Gagne progressivement tout ce qui touche le décideur performant (installé dans des meubles performants, écrivant avec un stylo performant dans un agenda performant, etc.). Quelque part : Métamorphose un truisme en lui apportant une espèce de profondeur vague où l’auditeur s’enlise. « C’est vachement innovateur, quelque part. » Valeurs : Désigne ce qui compte vraiment dans la culture d’une entreprise, ce qu’elle défendra comme la prunelle de ses yeux. Tant que ses valeurs financières ne seront pas en cause.

Le diamant de l’innovation
Vous avez sûrement déjà entendu parler de Michael Porter, professeur à Harvard et consultant auprès des plus grandes entreprises du monde. Michael Porter exerce, depuis 10 ans, le leadership intellectuel en matière de gestion stratégique dans les milieux du management à travers le monde.

Ses plus récents travaux portent sur la concurrence entre les nations. Selon lui, les vrais facteurs de compétitivité d’une nation sont l’éducation, la qualité de la recherche, l’exigence des clients, la densité du tissu industriel et l’intensité de la concurrence.

Ces facteurs forment ce que Michael Porter nomme le « diamant de l’avantage national », car ils déterminent le succès d’un pays sur l’arène mondiale. La compétitivité d’une nation et la productivité d’une entreprise, ajoute-t-il, se construisent avant tout grâce au ressort de l’innovation. « La compétitivité d’un pays dépend de la capacité de son industrie à innover et à progresser. Les entreprises, elles, progressent lorsqu’elles font face à des pressions ou à des défis. Et elles sont particulièrement stimulées lorsque existent dans le pays des concurrents forts, des fournisseurs agressifs et des clients exigeants », écrit Michael Porter. Il conçoit l’innovation non pas comme une grande découverte qui bouleverse tout, mais comme l’addition de petites trouvailles, qui résulte d’une ouverture d’esprit qui s’affranchit des hypothèses et des idées reçues.

Les commentaires sont clôturés.