Conseils de leaders

Magazine Courants, mars-avril 1992

Le magazine Fortune a fait enquête auprès de plusieurs leaders de divers secteurs de la société américaine et leur a posé une question bien précise : Que voulez-vous que les entreprises américaines fassent en 1992 et à l’avenir ?

Les réponses sont intéressantes. Rapportons-en quelques-unes. Hiérarchie oblige, laissons d’abord la parole à George Bush. Selon lui, les entreprises doivent « continuer à faire ce qu’elles font déjà de mieux ». John Sculley, CEO de la firme Apple Computer, a une réponse surprenante : « embaucher les gens de la classe moyenne ». L’érosion de la classe moyenne nous plongera dans une récession permanente, dit-il.

Jack Welch, le réputé CEO de General Electric, préconise la création d’« entreprises à idées ». Pour cela, un moyen : détruire, au sens propre du terme, les cloisons entre les unités. « Étudier la psychologie », propose Edward Bernays, l’éminent conseiller en relations publiques, dont il est d’ailleurs considéré comme le fondateur. « Aucune activité ne peut se réaliser sans l’assentiment du public », rappelle-t-il. Il faut donc comprendre les gens, leur manière de penser. Jimmy Carter, l’ancien président démocrate, fait de la lutte contre la pauvreté sa priorité. « La principale discrimination, dit-il, n’est pas raciale, elle est celle des riches contre les pauvres. » Pour endiguer la pauvreté, il préconise des actions locales et communautaires, appuyées par les milieux d’affaires.

Identifier le problème
Avant de trouver une solution à un problème, prenez donc le temps de bien l’identifier. Trop souvent, on passe un temps fou à dénicher des solutions, avant d’avoir bien cerné la nature du problème. Plusieurs consultants insistent beaucoup sur ce point.

Un exemple, tiré d’un cas vécu aux États-Unis : une firme soupçonnait des caissiers de voler une partie des recettes de la journée. Après avoir bien examiné ce qui se passait, on s’est rendu compte que le problème était celui-ci : les employés, sous l’effet du stress, faisaient plusieurs calculs erronés. Le remède : donner des cours de math et de calcul mental aux employés. Si les dirigeants s’étaient fiés à leur première impression, ils auraient choisi d’implanter un système de sécurité pour surveiller les employés, ce qui aurait assurément empiré les choses et conduit plusieurs à commettre encore plus d’erreurs.

Les commentaires sont clôturés.