Réelle inquiétude deux ans après le 11/09

Métro, 11 septembre 2003

En ce 2e anniversaire du 11 septembre, tous les adultes se souviennent où ils étaient et ce qu’ils faisaient il y a deux ans, quand quatre avions pris en otage par des terroristes se sont écrasés aux États-Unis, faisant plusieurs milliers de morts. On peut maintenant mieux mesurer l’impact de ces événements sur nos vies.

Sans y réfléchir, qu’il suffise de citer deux guerres, en Afghanistan et en Irak, l’emprisonnement de plusieurs terroristes ou suspects, la descente aux enfers de l’industrie de l’aviation, le contrôle plus serré aux aéroports, la sécurité accrue dans plusieurs édifices, les délais allongés pour les immigrants en attente de papiers, sans compter la perte d’un certain sentiment d’immunité quant à la probabilité que la violence puisse frapper notre territoire.

Pour avoir séjourné cet été aux États-Unis, je peux témoigner d’une réelle inquiétude chez nos voisins du sud quant à leur vulnérabilité sur le plan de la sécurité. L’impact psychologique des attentats du 11 septembre 2001 fait que ce sentiment n’est pas prêt de s’atténuer.

Les commentaires sont clôturés.