St-Hubert : des citoyens s’organisent en vue d’un deuxième centre sportif

Sud Sports et Loisirs, octobre 1981

Il y a déjà un bon bout de temps que l’on parle d’un deuxième Centre sportif dans la municipalité de St-Hubert. Depuis la venue d’un premier centre sportif en 1976, connu sous le nom de Complexe Rosanne-Laflamme, ce sujet n’a cessé d’alimenter les discussions des corridors de l’Hôtel de Ville et a souvent fait l’objet de promesses électorales, tant au niveau municipal que provincial.

Pourtant, en 1981, avec une population dépassant les 60 000 habitants, St-Hubert ne compte toujours qu’un seul stade couvert. Ainsi, l’installation d’un autre Centre sportif devenant une nécessité des plus urgentes pour combler des besoins sportifs sans cesse croissants, des citoyens de St-Hubert se sont regroupés au sein d’un organisme de pression à but non lucratif, connu sous l’appellation de CO-RENA.

Cette corporation, composée de 13 membres bénévoles, dont 5 siégeant au comité exécutif, a vu le jour le 13 mai dernier avec l’idée bien précise de voir s’ériger un deuxième centre sportif couvert pour le mois d’août 1982. Ce nouveau complexe serait situé à l’arrière de la polyvalente Mgr Parent, et comprendrait 2 glaces, une avec une capacité de 800 spectateurs et l’autre pouvant accueillir 200 personnes. En outre, l’installation posséderait une salle de conditionnement physique, avec piste de course appropriée.

Le président du nouvel organisme, M. Guy Constantineau, explique que CO-RENA est la conséquence directe de l’exaspération de parents de hockeyeurs de St-Hubert contraints de voyager leurs fils dans des dizaines d’arénas au cours de l’hiver.

« Il y a des joueurs, qui, sur 100 heures de glace, en ont joué seulement 20 dans leur propre ville, St-Hubert. Des parents ont même du débourser au-delà de $1 000 pour faire jouer leurs fils au hockey, à cause du manque de disponibilité de l’aréna de St-Hubert », explique M. Constantineau.

Par contre, pour que ce projet puisse se développer normalement, il faut des fonds. Par conséquent, CO-RENA espère obtenir un million de dollars d’ici le début des travaux de construction, prévu pour mars ’82. À ce titre, un montant de $200 000 est attendu du gouvernement du Québec, par l’entremise du député de Vachon, M. David Payne et du ministre des Loisirs, M. Lucien Lessard. Également, une somme de $400 000, qui représente la valeur du terrain où doit être bâti le centre, devrait représenter un autre
acquis certain pour CO-RENA.

Ce sujet doit d’ailleurs faire l’objet d’une entente entre la ville de St-Hubert et la CSRC. De plus, on compte sur l’entreprise privée (achat de publicité) et enfin, on espère une participation financière de 1a population de St-Hubert. À cet effet, CO-RENA organise présentement une campagne de financement, où 250 bénévoles tenteront de recueillir les dons possibles, en se présentant à toutes les portes de la ville. Notons enfin que le slogan adopté pour ce projet se lit : « Pour la deuxième aréna à St-Hubert… moi, je m’implique ! ».

Les commentaires sont clôturés.