Sortir de son bureau

Magazine Courants, janvier-février 1990

Selon Peter Drucker, nous sommes au début d’une révolution où les organisations supprimeront les hiérarchies, feront une plus grande place aux spécialistes et à la gestion de projets et où l’information sera la principale matière première.

Professeur et chercheur de réputation internationale, il defend cette thèse depuis longtemps. Aussi, plusieurs en déduisent maintenant que la seule méthode de gestion valable pour ce type d’organisation est celle où le gestionnaire tiendra non plus le rôle de dirigeant, mais de courroie de transmission, de lien entre les membres d’une équipe. Un facilitateur, en somme, du travail des autres. Point à la ligne.

Des articles récents du magazine Across the Board reprennent cette idée. Les gestionnaires n’auront plus le choix. Ils devront sortir de leur bureau ; beaucoup de choses ne peuvent pas se régler au téléphone. Le but : faire de la véritable gestion d’équipe. À l’ère de la société d’information, le gestionnaire reclus condamne son unite à l’éclatement et à la dérive face à l’atteinte des objectifs fixés. Ce ne sont pas de vains mots. Déjà des consultants emboitent le pas. Ils vantent le nouveau rôle du gestionnaire, celui de « serviteur » des professionnels qui l’entourent. La seule façon de faire du patron d’hier le bon gestionnaire de demain.

L’équipe idéale
Vous avez un projet à réaliser. Vous devez pour cela former une équipe. Idéalement, bien sûr, des gens dont les forces sont complémentaires. D’abord, allez chercher un facilitateur, c’est-à-dire une personne dont le rôle est de faciliter le travail de tous et qui a la capacité d’établir des consensus. Pensez par la suite à une personne à l’esprit pratico-pratique et qui peut rappeler à l’ordre les membres tentés par des solutions trop compliquées. Ajoutez-y l’expert en chiffres. Celui qui prend en charge le budget et qui peut évaluer l’impact monétaire des solutions envisagées.

II vous faut également un individu créatif, qui peut amener des idées novatrices. Enfin, complétez avec un stratège, qui sera préoccupé par l’impact du projet sur les autres composantes de l’unité. Si l’équipe doit être élargie, intégrez-y des joueurs qui permettront l’application des idées mises de l’avant et qui assureront le suivi du projet.

 

Les commentaires sont clôturés.