Les types d’écoute

Magazine Courants, janvier-février 1990

Rien de plus difficile que d’atteindre un consensus. Pour y parvenir, vous auriez interêt à évaluer le genre d’écouteur auquel vous avez affaire et à modeler vos interventions selon ce qu’il est.

Il y a l’écouteur branché sur les résultats. Un peu impatient, il valorise l’action. II aime que tout se passe vite et bien. En général, il est à son meilleur pour résoudre une série de problèmes concrets. II y a l’écouteur plus orienté vers les gens et vers l’action future. Habituellement, ce type d’écouteur aime connaitre les dessous d’un sujet pour se faire une opinion. II apprécie la discussion et s’intéresse autant au résultat qu’au moyen d’y parvenir.

Et il y a l’écouteur intéressé au pourquoi des choses. Lorsqu’il exprime une opinion, son esprit cartésien lui fait souvent répondre : ça dépend. II apprécie les discours clairs et soupèse chacune de ses décisions.

Comment reconnaitre l’écouteur avec lequel vous faites affaire ? Par ses questions. Les renseignements qu’il demande en dit long sur le genre de réponse qu’il aimerait recevoir. Ce qui suppose finalement que vous savez laisser parler les autres. Déjà de savoir que l’on peut mettre l’accent sur l’action immédiate, ou à venir ou sur l’analyse approfondie permet au départ de mieux préparer ses dossiers et d’enrichir sa participation lorsque vient le moment d’être écouté.

 

 

 

Les commentaires sont clôturés.