L’Allemagne des débats énergétiques

Magazine Courants, janvier-février 1990

La République fédérale allemande est le troisième consommateur d’énergie dans le monde et le premier d’Europe occidentale. Le nucléaire y constitue un des débats les plus houleux depuis 20 ans. L’accident de Tchernobyl en 1986 a cristallisé les positions.

Le SPD (Parti social-démocrate) et les Verts en préconisent l’élimination progressive, tandis que les Démocrates-Chrétiens au pouvoir favorisent la poursuite de l’utilisation de cette source d’énergie. Elle compte pour 30 pourcent de l’approvisionnement électrique du pays.

La situation de l’industrie houillère est un autre sujet d’âpres discussions pour la classe politique. Sans aide de l’État, cette industrie disparaitrait. Elle est soutenue à bout de bras pour des raisons de marché du travail et de politique régionale, et afin de contribuer à la sécurité de l’approvisionnement.

Depuis quelques années, l’environnement, là comme ailleurs, domine les discussions dans le domaine de la politique énergétique. Des programmes de lutte contre la pollution ont été implantés, notamment en relation avec la qualité de l’air. Au cours des prochaines années, les experts s’attendent à une hausse modérée de la contribution de l’énergie nucléaire et du charbon, une stagnation de la consommation de gaz naturel une baisse de la consommation de pétrole.

Les commentaires sont clôturés.