La génération X

Magazine Courants, juillet-août-septembre 1990

Les aspirations des nouveaux diplômés sont totalement différentes de celles de leurs ainés, soutient le journaliste Philip Schofield, du quotidien Financial Times. Les personnes qui les recrutent n’ont simplement pas affaire à des répliques de ce qu’elles étaient. La caricature qui accompagne l’article montre d’ailleurs un jeune diplômé en entrevue, qui demande à l’employeur : « Oublions le salaire, et parlez-moi plutôt de vos valeurs corporatives. »

Cette nouvelle génération de diplômés, surnommée la génération X, préfère la réalisation de projets que l’accomplissement de taches routinières. Les jeunes diplômés recherchent une rétroaction continue de leurs supérieurs, aiment être rapidement informés et accordent plus d’importance à l’ampleur des défis à réaliser qu’au statut. Ils veulent qu’on leur donne des objectifs concrets, avec des exigences très précises et font confiance à l’autorité. Ils ne sont pas à l’aise avec l’ambigüité. Sur le plan personnel, conclut l’article, les jeunes sont plus attachés que leurs ainés aux valeurs mariage et famille, en fonction desquelles ils veulent vivre davantage.

Priorité à la famille
Quatre-vingts pour cent des Américains accordent plus d’importance au temps passé auprès de leur famille qu’à la progression de leur carrière. C’est la conclusion d’un sondage de la firme Robert He International, effectué auprès de 1 000 personnes.

L’étude mentionne également que presque un Américain sur cinq accepterait une diminution de salaire de l’ordre de 6 à 10 % pour pouvoir disposer de plus temps avec sa famille. Enfin, deux tiers des hommes et des femmes interrogés ont dit qu’ils refuseraient une promotion si cela exigeait d’eux qu’ils consacrent moins de temps à leur famille.

Les travaux ménagers au jour le jour
Avez-vous parfois l’impression que vos heures de loisir sont consacrées aux travaux ménagers ? Si c’est le cas, consolez-vous, vous n’êtes pas seul à penser ainsi. Selon une enquête rapportée par Tendances sociales canadiennes, à partir de statistiques compilées en 1986, les Canadiens passent en moyenne 1 h 45 par jour à faire du ménage. Les femmes mettent toutefois plus de temps à nettoyer que les hommes, soit 2 h 30 contre 1 h pour les hommes. Dans une journée, 77 % des femmes consacrent 1 h 15 à la préparation des repas, alors que 29 % des hommes y mettent moins de trois quarts d’heure. Chez les couples où les deux conjoints travaillent, le déséquilibre se maintient : 89 % des femmes effectuent chaque jour des travaux domestiques comparativement à 51 % des hommes.

Les commentaires sont clôturés.