L’intuition, une alliée

Magazine Courants, janvier-février 1992

Vous voulez développer votre intuition ? Eh bien, croyez-y ! Ce que nous croyons pouvoir faire est un des plus importants facteurs déterminant ce que l’on peut faire. Ensuite, soyez attentif à votre intuition. Peut-être l’utilisez vous déjà sans le savoir ? Mettez-la en pratique. Un bon moyen poil cela : avoir à portée de la main un journal où vous notez vos idées, comment elles vous viennent, de quelle façon.

D’autres techniques : explorez des idées sans objectif défini, pour le simple plaisir de la chose. Abstenez-vous de tout jugement sur ces idées et apprenez à tolérer l’ambiguïté, l’inconnu, le non-fini. Un conseil, en terminant : tous les experts s’entendent pour dire que l’intuition est plus vive, mieux ressentir dans les moments de détente et-de relaxation. Elle s’avère également un élément essentiel de l’équilibre psychologique. Et, contrairement à ce que l’on croit généralement, elle n’est pas opposée à la pensée rationnelle, mais constitue plutôt une alliée. La création, l’art signifie une symbiose harmonieuse et constructive de l’intuition et de la raison.

Utiliser tout son temps
Le temps, on n’en a jamais assez ! Si vous êtes de ceux qui pensent cela, peut-être gérez-vous mal le vôtre. Si c’est le cas, voici quelques conseils tirés du livre d’Alain Martin, La maîtrise du temps: l’art et la science. Sachez où va votre temps. Pour ce faire, choisissez au hasard 7 jours où vous noterez votre emploi du temps : tâches, interruptions, etc. Puis, identifiez ce qui est récurrent. Passez-vous trop de temps en réunions ? Êtes-vous trop fréquemment sollicité par vos collègues ? Des correctifs peuvent alors être trouvés. Organisez aussi votre espace de travail. Bureau, classeurs et ordinateur doivent être à la portée de la main et ne jamais être surchargés.

Un truc : évitez les pièges du courrier, en rangeant immédiatement la correspondance et ne manipulez un document qu’une fois. Organisez vos activités importantes au moment de la journée où vos êtes le plus en forme. On voit parfois certaines personnes planifier une tâche vers la fin de la journée, là où elles sont moins dérangées, mais c’est aussi le moment où elles se sentent le plus fatiguées.

À plus long terme, révisez annuellement vos objectifs. Cela veut dire valider ses priorités, ses valeurs, sa vocation. Beaucoup de gens manquent de temps, car ils ne savent pas où ils s’en vont. Un truc : affichez vos objectifs professionnels, car ils vous encourageront à l’action et rappelez-vous que les tâches qui vous occupent doivent avoir un rapport direct avec vos objectifs. Enfin, sans être perfectionniste, utilisez tout votre temps. Pourquoi, par exemple, ne pas utiliser le temps libre dans l’autobus ou à l’aéroport pour faire la lecture de rapports et d’articles. Mais gardez en tête la flexibilité. Vos plans doivent s’adapter à tous les imprévus.

 

Les commentaires sont clôturés.