Parfois diriger, parfois gérer

Magazine Courants, mai-juin-juillet 1991

Que font les vrais leaders ? C’est ce qu’a voulu étudier John Kotter, dans un article de la Harvard Business Review. Selon lui, les entreprises américaines souffrent d’un excès de gestion et d’une carence de leadership. L’auteur différencie la gestion du leadership. La gestion compose avec la complexité. Le leadership a trait au changement Si les changements sont rapides et radicaux, le gestionnaire doit alors revêtir son chapeau de leader. Il y a donc des situations où il faut gérer, d’autres où il faut exercer un leadership. La gestion comprend la planification, l’élaboration d’un budget, d’une structure organisationnelle, le recrutement, le contrôle et la résolution des problèmes. Le leadership comprend l’élaboration d’une vision de l’avenir, des stratégies pour l’atteindre, ainsi que la motivation et la mobilisation des employés. Pour former des leaders, l’auteur croit que l’entreprise doit donner aux employés des défis tôt dans leur carrière et valoriser les expériences de travail diversifiées.

Convaincre, persuader
Ça y est ! Vous avez trouvé une idée géniale pour améliorer le fonctionnement de votre unité ou simplement pour modifier certains aspects de votre tâche. Comment maintenant faire accepter cette idée par vos pairs ou par votre supérieur ? Voici quelques questions qui peuvent vous aider à vendre votre idée. Quelle amélioration majeure mon idée suscite-t-elle ? Comment puis-je bien la communiquer ? Par exemple, puis-je écrire l’objectif associé à mon idée sous la forme d’un titre de journal ? Cela aide à préciser le message. Mon idée influence-t-elle positivement les préoccupations et les besoins des gens qui ont le pouvoir d’accepter ou de refuser ma demande ? Comment persuader ceux qui s’opposent à mon idée ?

En allant de l’avant, ne cédez pas au découragement. Les réactions de vos collègues à votre idée ne reflètent pas nécessairement sa valeur réelle. Respectez les opinions des autres et n’hésitez pas à les exprimer ouvertement. Invitez les personnes réticentes à jouer un rôle actif dans l’amélioration de l’idée proposée. Mettez toujours de l’avant l’aspect excitant de votre suggestion et travaillez à bâtir un consensus.

Mieux écrire pour diminuer les coûts
Une étude menée auprès de la Marine américaine a révélé que les officiers prenaient de 17 % à 23 % moins de temps à lire une note de service bien écrite qu’u autre écrite sur le ton bureaucratique. L’étude en conclut que si toutes les notes de service étaient bien écrites, la Marine épargnerait entre 27 et 57 millions de dollars annuellement.

Comment alors bien écrire une note de service ? Il faut d’abord que son but apparaisse dès la première phrase. Celle-ci doit être suivie d’une énumération des principaux points traités. Elle doit en outre être graphiquement, bien présentée, avec des titres, des sous-titres et de l’espace. On doit favoriser les phrases courtes. Les paragraphes ne devraient pas contenir plus de quatre phrases en moyenne. Enfin, il faut utiliser un langage simple : éviter, en somme, les mots compliqués qui ne servent qu’à faire de l’épate.

 

Les commentaires sont clôturés.