Attentats du 11 septembre : un défi pour les spécialistes

La Presse, 19 septembre 2001
Auteur d’un mémoire sur l’intégrisme musulman.

Il apparaît de plus en plus que les attentats du 11 septembre posent, du moins pour l’heure, un défi de copmpréhension pour les spécialistes du phénomène intégriste. En effet, les origines connues des auteurs des attentats, Arabie saoudite et Émirats arabes unis, pays riches de la péninsule arabique, leur connaissance réelle et pratique des États-Unis et de sa culture, ne correspondent pas aux prototypes usuels du terroiste islamiste.

Les motifs idéologique et religieux semblent donc nettement prédominer sur l’explication socio-économique habituellement utilisée pour comprendre les motivations des adeptes islamistes. Selon cette analyse, la frustration sociale et économique de jeunes ne voyant aucun avenir dans leur pays et aisément embrigadés motivent ceux-ci à user de la violence. Bref, la thèse des « dépossédés » ne tient pas la route.

Rappelons que les auteurs des attentats habitaient des quartiers relativement aisés des États-Unis, menaient une vie ressemblant à celle de millions d’entre nous. Les kamikazes palestiniens, égyptiens ou algériens ayant commis des attentats ces dernières années sur leur territoire étaient au contraire des jeune shommes d’origine modeste, provenant de bourgades surpeuplés, n’ayant jamais foulé le sol américain.

Seule une enquête approfondie sur la vie et les antécédents des auteurs de l’attentat, et de leur profil socio-économique, permettra de mieux saisir leurs motivations profondes.

Les commentaires sont clôturés.