Transport : avenir de l’aéroport de St-Hubert

Aéromag, mai 1983

Depuis quelque temps, plusieurs personnalités du monde des affaires de la Rive Sud manifestent un intérêt soutenu pour la vocation économique de l’aéroport de St-Hubert, en banlieue de Montréal.

Suite au Sommet économique du Grand Montréal en 1982, la Chambre de commerce de la Rive Sud a pris l’initiative d’organiser un colloque, le 7 octobre 1983, sur l’avenir de l’aéroport de St-Hubert.

De plus, elle a mis de l’avant un proposition pour la formation d’un comité mixte, composé de représentants des gouvernements fédéral, provincial et municipaux afin de compléter une étude technique sur le développement de l’aéroport.

La Chambre a préparé un mémoire et, selon ce rapport, dont Aéromag a obtenu copie, l’objectif est d’établir « un plan directeur, et de fournir des lignes directrices concernant le développement de l’aéroport ».

L’étude mentionne qu’il est « important d’accorder en 1983 une attention particulière au développement et à l’utilisation de l’aéroport de St-Hubert, situé au coeur de la Rive Sud ». Et d’ajouter le mémoire : « l’aéroport de St-Hubert est à la fois un aéroport civil et militaire et en comparaison avec celui de Québec, il jouit d’un équipement supérieur au niveau technique. »

Aussi, la Chambre de commerce insiste sur les points suivants pour favoriser le développement régional du site aéroportuaire : mise en place de nouvelles voies d’accès ; construction de hangars sur le côté sud ; mise en place d’aires de stationnement pour gros porteurs ; dé-zonage agricole ; venue d’industries connexes à l’aviation ; sensibilisation des autorités municipales environnantes à l’importance de ce dossier, qui permettrait de « compléter la boucle » pour faciliter le développement naturel de la région.

Pour le moment, les intervenants demeurent dans l’attente de la publication du plan directeur amorcé par Transports Canada en 1978, qui devrait être rendu public cet été.

Si le ministère fédéral des Transports a entrepris une phase de consultation avec tous les organismes impliqués, c’est encore lui, reconnaissent les milieux intéressés, qui aura le dernier mot quant au futur statut de l’aéroport.

Rappelons que St-Hubert est au premier rang au Canada pour le nombre de mouvements d’aéronefs.

Les commentaires sont clôturés.